Bienvenue sur Association le cordiste, Anonyme 15.12.2018 - 18:54

Canada : Greenpeace escalade la tour de Calgary pour réclamer la séparation État – Pétrole

Au matin du 3 août 2010, Greenpeace a délivré son message sur un des symboles de la région de l’Alberta, en suspendant une immense bannière de 8 par 15 mètres sur la Tour de Calgary. La bannière se trouvait sur la face nord de la tour, visible de tout le centre-ville. Portant l’inscription « Separate Oil and State » (Pour la séparation de l’État et du pétrole), elle soulignait le besoin rapide de rompre les liens trop étroits qui unissent l’industrie polluante des sables bitumineux et les gouvernements fédéral et provincial.

[flickr_slideshow:37596883@N03 set_id=72157624522484171]

Dénoncer le pétrole sale

Un drame environnemental se déroule dans la région de l’Alberta : l’extraction des sables bitumineux.
Cette exploitation a des conséquences catastrophiques pour l’environnement, le climat et les populations autochtones. Les sables bitumineux contiennent des hydrocarbures mélangés à du sable, de l’argile et de l’eau. Les exploiter est la façon la plus sale, la plus chère et la plus énergivore de produire du pétrole. La production d’un baril issu de ces sables nécessite 5 barils d’eau, un demi baril de gaz et émet jusqu’à cinq fois plus de gaz à effet de serre que la même quantité de pétrole conventionnel.

A moins que les gouvernements canadiens (local et fédéral) n’arrivent à tenir tête à l’industrie pétrolière, les émissions de gaz à effet de serre vont continuer d’augmenter. Davantage d’animaux sauvages vont mourir, encore plus de citoyens vont être empoisonnés par l’air qu’ils respirent et l’eau qu’ils boivent, et les droits des Premières nations, conférés par traités, seront violés. Tout ça pour une quête absurde, pour le profit à court terme, visant à siphonner jusqu’à la dernière goutte le pétrole sale et difficilement exploitable de cette province.

Compagnies pétrolières et gouvernement canadien : des relations incestueuses

À la veille de la rencontre des premiers ministres au Conseil de la fédération qui aura lieu à Winnipeg du 4 au 6 août prochain, Greenpeace a mis en garde le premier ministre de l’Alberta, Ed Stelmach et les autres chefs politiques.

Les Canadiens sont de plus en plus conscients des relations de proximité dont bénéficient les compagnies pétrolières, qu’elles exploitent à leur avantage en surveillant et régulant elles-mêmes leurs activités. En effet, de nombreux dirigeants de l’industrie pétrolière travaillent ou ont déjà travaillé au sein du gouvernement régional de l’Alberta.

Greenpeace et d’autres groupes environnementaux ont pointé et rendu public des rapports d’incidents liés à l’exploitation des sables bitumineux par les compagnies pétrolières et les risques sur la faune et la flore. Ces rapports sont la preuve que les compagnies ne peuvent s’auto-réglementer et que le gouvernement de l’Alberta ne parvient pas à contrôler cette industrie polluante, ni à appliquer ce qui devrait être une réglementation stricte en matière de sécurité.

Il est temps de faire le choix des énergies renouvelables

La destruction environnementale dans cette région constitue un sinistre rappel du désastre dans le Golfe du Mexique. Les multinationales du pétrole ne font que souscrire en paroles aux impératifs de sécurité : en réalité, leurs choix et leurs actes se font au détriment des vies des employés et des riverains.

Permettre à l’industrie pétrolière de dicter les règles est irresponsable. Les gouvernants doivent, au Canada, et ailleurs, comprendre que l’avenir est dans l’efficacité énergétique et dans les énergies renouvelables et écologiques.